On savait déjà qu’Emmanuel Macron n’avait plus assez d’argent pour payer ses impôts en 2012 malgré ses 15 000 € de revenus mensuels. Et ses finances ne semblent pas s’être arrangées au cours des années suivante. On découvrait début mars qu’il n’avait pas les moyens d’acheter des vêtements à sa femme Brigitte ! NON, le candidat des médias ne se moque pas de nous. Du tout.

Brigitte ne va donc pas chez Emmaüs !

Pour le couple Macron nul besoin d’aller acheter des vêtements d’occasion pour paraître en public. Comme le révèlent Caroline Derrien et Candice Nedelec dans Les Macron publié le 8 mars, il suffit au couple d’un simple coup de fil aux plus grandes maisons du luxe pour habiller celle qui se voit déjà future Première dame au côté du banquier Macron (fauché, -
selon les jours, les médias et son auditoire -).

Une frénésie pour les cadeaux vestimentaires qui ne plait pas à tout son staff de campagne

A défaut de faire la Une des journaux, on entend au loin de petits bruits voilés qui hurlent que ce goût pour la haute couture de Brigitte Macron ne passe pas vraiment. Mais le son n’est ni clair, ni assez proche du champs médiatique. C’est trop dommage.

Anne Sinclair enfonce le... talon aiguille

Anne Sinclair, dans son livre Chronique d’une France blessée, rapporte des propos qu’elle a entendue au sujet du style vestimentaire de l’ancienne professeur de philosophie :

« N’ayant pas été à la cérémonie pour Michel Rocard aux Invalides, je veux me faire confirmer ce qu’on m’a rapporté : Brigitte Macron (…) est arrivée dans une tenue trop habillée, avec des stilettos qui, sur les pavés de la cour d’honneur (…) avaient davantage un air de Fashion Week que de recueillement devant le leader de gauche disparu »

Mais silence radio.
Ca ne se fait pas d’attaquer le candidat des médias.