Des sociétés domiciliées dans un paradis fiscal et une « restructuration » de son patrimoine qui lui a permis d’échapper à l’impôt, Bruno Bonnell, proche de Gérard Collomb et d’Emmanuel Macron et candidat En Marche aux législatives à Villeurbanne est en passe de devenir Le Cahuzac de Macron.

Souvenons-nous, l’affaire Cahuzac avait explosée sur fond de règlement de compte avec celle qui est aujourd’hui son ex-femme. Bruno Bonnell, proche parmi les proches de Collomb et de Macron pourrait bien devenir le Jérôme Cahuzac d’En Marche.

Les mêmes causes produisent souvent les mêmes effets, c’est par un divorce conflictuel que tout avait commencé et que tout commence pour Bruno Bonnell. Sa femme, ou plutôt son ex-femme, en défendant ses intérêts dans une procédure de divorce conflictuel, a permis de mettre en lumière des faits extrêmement troublants. Au moins deux sociétés contrôlées par Bonnel sont domiciliées au Delaware (état américain), paradis fiscal interne des Etats-Unis. Bruno Bonnell a en outre entièrement restructuré son patrimoine pour ne payer ni l’impôt de solidarité sur la fortune d’abord, ni l’impôt sur le revenu ensuite en 2008 et 2009.

Cynisme absolu que d’organiser son insolvabilité au détriment de celle qui fût sa femme.

Par ailleurs, en 2004 l’entreprise de jeux vidéos Infogrames, dont Bruno Bonnell était le PDG, a été sanctionnée par l’Autorité des marchés financiers pour son manque de transparence. Infogrames est aujourd’hui en liquidation judiciaire.

Last but not least, le candidat aux législatives était il y a encore peu En Marche sur les traces de... Donald Trump. En effet, Bruno Bonnell a été l’alter ego français de Trump dans la version française de The Apprentice en avril 2015 diffusée sur M6.

Propriétaire d’un château dans le Beaujolais et d’un autre dans le Gard, Bruno Bonnell correspond au pedigree mêlant cynisme et individualisme crasse de nombreux candidats En Marche et proche de Macron.