Un véritable tonnerre de silence a accueilli la révélation, ce week-end, du scandale Macron-Servier. Le laboratoire commercialisant le Mediator, et connu pour ses techniques occultes de lobbying, s’avère être l’inspirateur principal du volet « santé » du programme d’Emmanuel Macron, via un « expert », Jean-Jacques Mourad, grassement rémunéré.

Mourad conseiller de Servier ? Pas de Macron ?! Non de Servier !

Le cardiologue Jean-Jacques Mourad - qui est aussi le frère de Bernard Mourad, l’un des piliers de la campagne d’Emmanuel Macron - a réalisé plus de soixante interventions rémunérées par le laboratoire Servier... Et Jean-Jacques Mourad, qui est également le conseiller de l’équipe « santé » du candidat Emmanuel Macron, était en fait rémunéré par le laboratoire, pour des montants qui pourraient avoisiner le million d’euros pour la seule année 2016. Pour cause de conflit d’intérêts, le cardiologue démissionne mardi 7 mars 2017.

Mais on vous le jure ! Du côté de l’équipe de campagne du candidat, on minimise le rôle de M. Mourad : « C’est une vraie ruche, on est quarante à cinquante à collaborer rien que pour la partie santé », assure Olivier Véran, porte-parole officiel du candidat sur ce thème. Selon lui, M. Mourad « n’a pas une influence particulière » dans la structure chargée d’élaborer ce volet du programme.

Avec les frérots Mourad, on est au taquet niveau moral

Dans la famille Mourad, pendant que le cardiologue soigne le volet « santé » du programme d’Emmanuel Macron, payé par le laboratoire Servier, son frère Bernard Mourad est au coeur des levées de fonds pour la campagne présidentielle de Macron, avec à ses côtés le deuxième personnage le plus important de l’Elysée, le secrétaire général, un certain Jean-Pierre Jouyet.