L’émission « la Mediasphère » du 3 avril a été retirée du site de la chaîne d’info en continu. Motif : des chroniqueurs pas exactement tendance, comprendre "Macronphiles". La conclusion qu’on en tirera est que cette position ne semble pas au goût de tous.

« Télévangéliste », « trou noir » ou « dangereux »

Les commentateurs de l’émission la Médiasphère, sur LCI le 3 avril, n’ont pas eu de mots assez durs pour commenter la communication politique d’Emmanuel Macron, aussi qualifié de « neuneu » et de « kiki qui fait de la politique ». Pendant vingt minutes, les invités se sont déchaînés sur cette communication selon eux désastreuse, en prenant notamment pour exemple son dernier meeting à Marseille.

Après avoir consacré une bonne partie de l’émission au candidat d’En marche, les chroniqueurs ont embrayé sur le FN, pas franchement épargné, puis sur Mélenchon et Hamon. « On va en avoir des problèmes à la Médiasphère, on va en avoir », ironise d’ailleurs à un moment le présentateur. Un invité renchérit : « S’il est au second tour, on ne sera plus jamais invités. » L’émission a largement été reprise sur les réseaux sociaux, par des internautes ravis de voir le candidat d’En marche « enfin démoli » par des journalistes.

Mais ce mardi, surprise : le replay n’est plus disponible sur le site de LCI (alors qu’une page avait été mise en ligne hier). Un problème technique ? Peu probable, étant donné que l’émission précédente et la suivante sont toujours proposées. Plusieurs sources internes expliquent surtout que « l’émission ne sera pas remise en ligne » pour la simple et bonne raison que le retrait de la vidéo n’a rien à voir avec un bug. « Il y a deux candidats qui se sont sentis attaqués injustement », explique une source interne qui préfère rester anonyme. L’émission aurait ainsi été supprimée pour « protéger » la chaîne et ses intervenants, notamment sur le plan juridique. « Ça permet d’éviter des procès : il a été question d’affaires judiciaires en cours sur le plateau », assure cette même personne, qui se félicite de la suppression de la page et assure au passage que le ton est et reste « totalement libre » dans l’émission.

« Deux partis mécontents »

Après le feu nourri sur Macron, les chroniqueurs s’en étaient pris au Front national, en évoquant l’enquête pour escroquerie et recel d’abus de biens sociaux qui vise le parti pour les campagnes présidentielle et législative de 2012. « On parle quand même d’un parti qui a organisé une fraude fiscale à grande échelle avec des sociétés écrans qui vendent des kits de campagne qui sont remboursés avec de l’argent public, donc c’est une escroquerie à grande échelle », fustige ainsi en plateau le chroniqueur Ludovic Delaherche, sans utiliser de conditionnel (alors que l’affaire n’a pas encore été jugée mais que plusieurs cadres du FN ont été renvoyés en correctionnelle). « On a quand même quelqu’un qui est sur scène avec marqué "au nom du peuple", alors qu’elle a tapé dans les poches », poursuit-il.

Contacté par Libération, le directeur de la rédaction de LCI, Eric Monnier, a refusé de répondre à nos questions, nous renvoyant au service communication. En fin d’après-midi, la chaîne a finalement expliqué à Libé avoir bel et bien retiré l’émission : « L’émission a créé un certain emballement et deux partis étaient mécontents. La direction de la chaîne a décidé de retirer l’émission. » Quels partis ? « Ceux de Marine Le Pen et d’Emmanuel Macron, qui auront la possibilité de s’exprimer dans l’émission de demain. » En attendant, l’émission supprimée a été captée par un internaute et mise en ligne sur YouTube. Elle a cumulé 68 000 vues avant d’être supprimée de la plate-forme. Vous avez dit effet Streisand ?