La collecte de fonds organisée par Emmanuel Macron au Liban, les 23 et 24 janvier 2017, a été favorisée par Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de l’Elysée.

Jean-Pierre Jouyet et Bernard Mourad et Jean Riachi

Le secrétaire général de l’Elysée pouvait compter sur place sur un ancien de la cellule diplomatique de François Hollande, Emmanuel Bonne, nommé ambassadeur de France à Beyrouth.

Quant à Emmanuel Macron, il disposait déjà des connexions du Franco-Libanais Bernard Mourad, ancien directeur général d’Altice Media Group (SFR…) et banquier d’affaire chez Morgan Stanley, qui a rejoint En Marche ! pour participer à sa campagne.

Ce voyage pour la collecte de fonds a enfin été soutenu par Jean Riachi, banquier d’affaires libanais, fondateur de FFA Private Bank.

Le candidat Macron logé aux frais du contribuable

L’ambassade de France a joué un rôle puisque le candidat à la présidentielle a été logé au sein de la Résidence des Pins, résidence officielle de l’ambassadeur de France.

10000 à 15000 euros la place pour dîner

Selon Les Inrocks, Emmanuel Macron a également participé à deux repas de levée de fonds. Et le dîner en compagnie d’Emmanuel, c’est pas cadeau : pour chacun de ces dîners, la place aurait coûté de 10000 à 15000 euros, un chiffre surprenant, étant donné le plafond légal de 4600 euros de dons individuels pour une campagne présidentielle et de 7500 euros pour un parti politique.

Le premier des deux dîners réunissait des personnalités politiques libanaises, tandis que l’assistance du second était composée de dirigeants des milieux économiques, selon plusieurs sources. Ces repas, qui auraient accueilli une centaine de convives chacun, ont eu lieu dans une galerie d’art du quartier de Mar Mikhaël. Ils devaient initialement se dérouler au domicile de Jean Riachi, banquier d’affaire libanais, avant un changement de programme pour des raisons d’image, selon une source anonyme.

Cette visite a permis à Emmanuel Macron de continuer à lever les fonds nécessaires pour sa campagne, ainsi que de se donner une stature internationale jusque là absente. Elle met surtout en lumière l’engagement direct de l’administration Hollande pour ce candidat, alors que le Président de la République n’a pas encore pris position concernant l’élection présidentielle à venir.

Pourtant, Emmanuel Macron ne cesse de répéter que son mouvement « En Marche » ne bénéficie d’aucun fonds public.
Ouf ! Vous pouvez dormir tranquille.