C’est le journal le Parisien qui est l’auteur de cette étonnante révélation à propos du fils de Marisol Touraine. Dans cette histoire, le moins que l’on puisse dire c’est que l’on ne peut pas adopter la rhétorique de nos élites socialistes sur la culture de l’excuse puisque le fils de la ministre socialiste semble ne pas avoir souffert de la misère ou du déclassement, et pour cause, Marisol Touraine s’acquitte depuis 2011 de l’impôt sur la fortune.

Argent.. pas cher !

Et pourtant il semble que son fils ait eu besoin d’argent, beaucoup d’argent, et au lieu de se tourner vers une activité légale et rémunératrice comme des millions de Français chaque jour, le fils de la ministre a décidé d’aller directement se servir chez une honnête citoyenne comme au temps du Far West.

Des faits violents, une victime baîllonnée

L’histoire est digne d’un extrait de Laurent Obertone, le 2 mai 2011 à 11h30, deux personnes encagoulées font irruption dans l’appartement d’une dame de 59 ans munis d’une arme factice dans le 13eme arrondissement de Paris. Ils vont menacer la victime et vouloir ensuite la bâillonner.

La femme raconte au Parisien : « Ils voulaient aussi m’attacher les mains. Ils m’ont demandé ma carte bancaire. Je leur ai donné avec le code mais je me suis trompée, sous le coup de l’émotion. L’un d’entre eux est parti à la Poste pour faire un retrait au distributeur. Pendant ce temps-là, son complice me pointait le canon de son arme sur la tempe… Quand il a fini par revenir, il n’était pas très content parce que ça n’avait pas marché. Je leur ai alors dit que j’avais un peu d’argent chez moi, puis ils sont partis. »

Le fiston âgé de 19 ans, endetté par le jeu

A l’époque le fils de Marisol Touraine est âgé de 19 ans et déjà couvert d’une dette de jeu. C’est la vidéosurveillance du distributeur de billets qui a accéléré les investigations de la police judiciaire grâce au gardien de l’immeuble de la victime qui a reconnu le fils de la ministre puisque habitant dans un immeuble voisin.

Il est interpellé le 12 octobre 2011 et passera rapidement aux aveux. L’histoire ne dit pas si pour Marisol Touraine, le responsable, "c’est la société".

En conclusion de cette affaire, le fiston Touraine est condamné au mois de mars 2011 par le tribunal correctionnel de Paris à une peine de prison ferme et à reverser près de 4000€ à la victime pour son préjudice moral et matériel.