Transparence [1]. On retrouve sur ce site internet les déclarations de situation patrimoniale d’un tas de gens et notamment les membres du gouvernement, les députés, les sénateurs, les députés européens, les présidents de conseil régional, de l’Assemblée de Corse, du Conseil exécutif de Corse, de l’Assemblée de Guyane, de l’Assemblée de Martinique, du Conseil exécutif de Martinique, d’une assemblée territoriale d’outre-mer, de conseil départemental, du conseil de la métropole de Lyon etc...

On notera la dextérité et l’abnégation avec laquelle sont effectuées les mises à jour.

Quel dommage. On a perdu la déclaration d’anciens ministres

Comme le montrent ces deux captures d’écran, les déclarations des anciens ministres, Taubira et Montebourg n’y sont plus. Nous sommes persuadés que bon nombre de français auraient aimé connaitre la déclaration du patrimoine de ces personnalités à la sortie du gouvernement. Tant pis.

Emmanuel MACRON aussi a disparu

Curieux hasard ou loi extrêmement bien faite, le seul des "candidats majeurs" à ne pas voir figurer sa situation de patrimoine sur le site du bien être et de la transparence dans le formidable monde de OUI OUI, dessiné par François Hollande, c’est Emmanuel MACRON.

En revanche, les candidats à l’élection présidentielle sont bien présents...

Respirons un peu. Le site de la HATVP est bien à jour concernant les "principaux candidats à l’élection présidentielle". Prenons par ordre alphabétique.

François FILLON y figure, comme Benoît HAMON, Marine le PEN et Jean-Luc MELENCHON...

Si des considérations légales peuvent valoir, le fait d’en "fliquer" certains au détriment d’autres peut nous faire douter sur le contexte moral de la situation.


[1La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), créée par la loi relative à la transparence de la vie publique du 11 octobre 2013, est chargée de recevoir, contrôler, avec l’administration fiscale, et publier les déclarations de situation patrimoniale et les déclarations d’intérêts de certains élus, membres du gouvernement, collaborateurs et dirigeants d’organismes publics. Jean-Louis Nadal, procureur général près la Cour de cassation de 2004 à 2011, est nommé président de la Haute autorité.