Etienne Champion, le bras de droit de Marisol Touraine, a intégré la Cour des comptes en la qualité de conseiller maître contre l’avis du président de l’institution, Didier Migaud.

Une rupture avec « les pratiques habituelles en matière d’avancement et d’ancienneté »

La nomination par François Hollande de l’ancien directeur de cabinet de la Ministre de la Santé, Marisol Touraine, passe mal à la Cour des comptes.
L’explication avancée par l’Association des magistrats de la Cour des comptes réside dans la rupture avec « les pratiques habituelles en matière d’avancement et d’ancienneté ».

En effet, la procédure usuelle exige l’avis du président de la Cour des comptes qui fonde son opinion à partir des précédentes fonctions exercées par l’aspirant conseiller maître, de l’expérience de celui-ci et des besoins de l’institution. L’affectation du bras droit de Marisol Touraine est une nomination clairement politique, un véritable fait du prince, qui fait figure de nomination élitiste et va à l’encontre du schéma coutumier de nomination.

François Hollande invente le coupe-file institutionnel

Un ancien cadre de la direction générale de l’administration et de la fonction publique présente cette désignation opportune comme un « coupe-file d’attente » et déplore cette accession à deux vitesses : « Certains ont des parcours plus rapides ».

En Normalie, c’est quand même bien... normal !
Et moral ?